Rechercher
  • das Ganz.

Stressed Out

Stressed Out est un morceau du groupe américain Twenty One Pilots, sorti en 2015. Le chanteur y raconte le stress (d’où le titre) de devenir adulte et raconte la nostalgie et l'insouciance de l’enfance. Et comme je suis moi aussi une grande nostalgique, je développe un peu plus bas.


Turn Back Time (2019)

Collage numérique


Bien que le rythme de ce morceau m’ait tout de suite interpellée, c’est surtout le clip, proposé un jour par Youpshut pshut pas de marque, qui m’a conquise et fait entrer dans l’antre de mon écran (enfin presque). Ben oui, parce qu’en fait, il m’a moi-même fait replonger dans mon enfance, même si je ne viens pas du même continent et que je n’avais pas un vélo aussi stylé.

Bref. Dans la chanson, Tyler (je vais l’appeler Tyler parce que ça tombe bien c’est son prénom), le chanteur, explique à l’instar de Robert Kelly (plus connu sous le nom de R. Kelly, ah bah oui c'était compliqué), qu'il aimerait bien remonter le temps pour retourner dans son enfance, quand la vie était encore plutôt cool, sans stress, avec maman pour chanter une berceuse à l’heure du dodo.


Wish we could turn back time To the good old days When our momma sang us to sleep But now we’re stressed out…

Et en vrai, si t’es un peu comme moi, t’as déjà un peu la gorge qui se noue. Sauf si tu as eu une enfance pourrie, et ça alors c’est pas cool et ça m’attriste.

Mais sinon, toi aussi tu passes en revue dans ta tête tes souvenirs, tes jeux avec tes frangins, frangines, copains, voisins. Tu te vois aller sonner à la porte pour demander si Truc peut sortir. Tu t’entends imaginer ta vie d’adulte, ce que tu feras, où tu vivras, si tu auras des mômes ou pas, si tu seras toujours copain ou copine avec Truc. Bah bien sûr c’est pour la vie, hein ? Hein ?






Moi je voulais être tout à la fois : Robocop, institutrice, archéologue genre Indiana Jones, vétérinaire (« vététérinaire » serait plus exact) mariée à une rockstar ou à Robocop. Je sais vraiment pas ce que j’avais avec Robocop.







Sometimes a certain smell will take me back to when I was young, How come I’m never able to identify where it’s coming from ? I’d make a candle out of it if I ever found it…

Ouais, pareil, j’aimerais bien créer cette foutue bougie et renifler ma madeleine de Proust.

J’aimerais avoir le super pouvoir de cligner des yeux et de me retrouver illico dans un moment clé, un moment heureux de mon enfance.

Genre clic je cligne, et bim je me retrouve le soir du 6 décembre 1997, le soir où nous avons reçu Hélios, notre ancien chien, notre plus beau cadeau de Noël. Et clic, je re-cligne et maman me met du Mercurochrome® (le pansement des héros) sur mon genou écorché après ma chute à vélo (bon comme cet évènement s’est passé à peu près mille fois on en prend un au hasard). Et clic, je cligne et nous voilà dans le garage, sortant de la voiture ; papa vient de nous chercher, nous sommes rentrées ma soeur et moi d’un séjour en colonie. Il fait nuit et papa s’empresse de prendre quelque chose dans ses mains, qu’il cache derrière son dos, et nous dit « Choisissez une main chacune. ». Nous on cherche pas midi à quatorze heures, on prend celle qui est devant nous et on reçoit chacune un livre Disney, genre la consécration quoi ! J’avais la Belle et la Bête. Et d’ailleurs je l’ai toujours.

Bref. J’ai des frissons un peu quand même.


We used to play pretend, give each others different names, We would build a rocketship and then we’d fly it far away, Used to dream of outer space But now they’re laughing at our face, Saying « Wake up, you need to make money. »


C’est bizarre mais pour ma part, j’ai pas l’impression de vieillir (sauf quand j’utilise l’expression « midi à quatorze heures »). Je veux dire dans ma tête hein, parce que physiquement je sais bien que comme Monica Geller j’ai la trace de ma grosse veine sur le front et je commence tout doucement à me défraîchir.

Mais en vrai, comme Tyler le chante, il faut gagner sa croûte. Et c’est là que ça se corse. Enfin je crois que ça commençait à se corser déjà quand y avait des histoires de cucul, mais c’est vrai qu’avec le métro-boulot-dodo, on atteint le sommet.


Quand on est petit, on idéalise l’adulte qu’on sera. Et on a envie d’être adulte rapidement parce qu’on a envie d’être pris au sérieux, on a envie de faire des trucs interdits aux petits, comme fumer, boire de l’alcool, regarder des pornos… Non je déconne, nous on avait le droit de boire (je déconne pour de vrai là). (Enfin juste un peu).


Mais une fois « grand », on se dit que c’était quand même mieux avant.

On se demande où sont passés nos rêves, nos envies.

Où est passé cet adulte qu’on se dessinait ? Est-ce que l’enfant qu’on était est content de l’adulte qu’il est devenu ?

Vaste question qui pourrait faire l’objet d’une dissertation dans mon non-futur métier d’instit’.


En fait, je crois que je voudrais juste que ce monde arrête de nous enlever le bonheur de rêver.


Wish we could turn back time To the good old days When our momma sang us to sleep But now we’re stressed out…

#stressedout #twentyonepilots #top #nostalgie #enfance #childhood #nineties #gameboy #toys #cassette #illustration #artmusic